RTV Télévision de SAN MARINO
Journal du 9 mars 14H30 ; 19H30 & 23H
     Audience pour la révision du procès 
09/03/2006     TIERCE in udienza per la revisione del processo  
Era la prima udienza del processo, che vede coinvolto Jean Marc Tierce per l’istanza di revisione del processo penale, alla luce anche della condanna della Corte Europea dei Diritti dell’Uomo per San Marino. Di fronte al giudice per i rimedi straordinari, Canestrari, hanno preso la parola la parte civile, con Pier Luigi Bacciocchi, che ha ricordato come l’ordinamento sammarinese conceda la revisione solo nel caso si scopra l’innocenza dell’imputato, cosa che non è mai stata provata. Su questa linea anche il procuratore del fisco, Roberto Cesarini, che ha sottolineato come la Corte Europa abbia riconosciuto la violazione per vizi formali non sostanziali: la condanna non parla di ingiustizia a livello di responsabilità, richiamando anche alcune precedenti sentenze del Collegio dei Garanti, che hanno rigettato altre richieste di revisione. Di tutt’altro avviso Antonio Masiello, difensore di Tierce per il quale, se la Corte di Strasburgo ha giudicato il processo imparziale è perché è venuto meno un diritto a un giusto processo. Per Masiello dunque la sentenza non ha rispettato determinati diritti. Ha poi chiesto parità di trattamento con altri casi nei quali il Congresso di Stato ha riconosciuto il diritto alla riabilitazione. Lo stesso Tierce ha risposto al presidente dell’ordine degli avvocati Bacciocchi, “Non mi e’ stata mai concessa udienza per provare la mia innocenza” - ha detto, ripercorrendo poi tutta la sua vicenda giudiziaria e come al processo - ha sostenuto – sia stata una prova falsa ad incastrarlo.

 

Première audience du procès qui voit impliqué Jean Marc Tierce pour l’instance de révision de son procès pénal, mis également en lumière par la condamnation de Saint Marin par la Cour Européenne de Strasbourg. Face au « Juge des remèdes extraordinaires », Professeur Canestrari, ont pris la parole la Partie Civile représentée par Me Pier Luigi Bacciocchi qui a rappelé de quelle manière le système juridique sanmarinais concède la révision seulement dans le cas ou l’on découvre l’innocence de l’accusé, ce qu’il n’a jamais été prouvé.  

  Du même avis le Ministère Public Me Roberto Cesarini, qui a souligné comment la Cour de Strasbourg a reconnu la violation pour « vices de forme  non substantiels » : la condamnation de l’état ne parle pas d’injustice au niveau des responsabilités, et se référant également à d’autres sentences précédentes du « Collège des Garants » qui a rejeté d’autres demandes de révision. D’un tout autre avis Me Antonio Masiello, défenseur de Tierce pour lequel, si la Cour de Strasbourg a déclaré le procès PARTIAL c’est justement pour cette raison que le droit à un juste procès n’a pas été respecté. Pour Me Masiello donc, la sentence n’a pas respecté les Droits Fondamentaux. Il a ensuite demandé la parité de traitement et de considération avec d’autres cas auxquels le « Congrès d’état » a déjà reconnu le droit à la réhabilitation. Tierce en personne a répondu au Président de l’Ordre des avocats, Me Bacciocchi : 
 
 « Il ne m’a jamais été concédé la moindre audience pour pouvoir prouver mon innocence » - a t’il déclaré illustrant et résumant ensuite toute la procédure judiciaire - et comme durant le procès –  a t’il soutenu – c’est par le moyen de fausses preuves qu’il a été condamné.     

 

Accueil Médias 06/04/2006 Forum Humour    Elettorale St-Marin.com