Non siamo il Paese della Mafia...!

l'informazione
mercoledi 9 novembre 2011

Nous ne sommes pas le Pays de la Mafia !..

l'informazione
mercredi 9 novembre 2011

“ON DOIT  ABSOLUMENT ÉLIMINER CES DEUX FEMMES” 
Phrase inquiétante, dite par des politiciens,  rapportée dans le livre « Saint Marin la face cachée »  dans  les librairies sanmarinaises dans sa 2ème édition, mise à jour .

« On doit absolument éliminer ces deux femmes » la phrase est inquiétante  et contenue dans un des épisodes décrits dans le livre « Saint Marin, la face cachée » dont la 2eme édition mise à jour est sortie récemment. Une phrase qui glace le sang, non seulement parce qu’elle se réfère à deux femmes mais surtout parce que ces deux femmes sont… Magistrats du Tribunal de Saint Marin. (L’une d’elles étant actuellement Présidente de ce même Tribunal)
On peut lire dans le livre qui raconte sous forme de roman l’histoire de Jean Marc Tierce : « Un jour, il y a très longtemps, Jean Marc entendit de la bouche même de deux parlementaires une phrase inquiétante : « On doit absolument éliminer ces deux femmes » le sujet de la conversation n’était autre que la Juge Valeria Pierfelici et sa collègue Rita Vannucci (cette dernière n’ayant rien à voir dans l’affaire de Jean Marc)… » C’est ce même auteur, Matteo Fontana, qui reprend l’épisode dans la nouvelle édition sortie le 28 octobre dernier et qui raconte les derniers développements de « l’affaire Tierce »
Fontana écrit dans les pages du nouveau chapitre : « Dans le livre étaient citées, non seulement la Juge Valeria Pierfelici mais également au passage sa collègue la Juge Rita Vannucci, vous vous souvenez ? Leur point commun, à part le fait de travailler ensemble au Tribunal, était la phrase inquiétante que Jean Marc avait clairement entendue : « On doit absolument éliminer ces deux femmes ». J’espère me tromper mais cette phrase ne vous semble pas typiquement mafieuse ?....Pourtant ce sont des parlementaires de Saint Marin qui l’ont prononcée ! »
Le volume (319 pages) décrit de nombreux épisodes pour le moins « étranges » qui, bien que se référant à un cas éclatant d’injustice perpétrée pendant plus de deux décennies, une condamnation pénale sur la base de fausses preuves et une réparation de l’État toujours en instance, tracent un cadre très clair et posent une question ô combien importante !  « Comment peut-on détourner et déformer un système au profit d’une petite minorité en rendant  tous les autres ! victimes de pesantes injustices ? »

Antonio Fabbri (L’Informazione) - Saint Marin - 9 novembre 2011

 SAN MARINO LA FACCIA NASCOSTA de Matteo FONTANA

  Bientôt en version française ici même

 

Accueil Médias 15/11/2011 Forum Humour    Elettorale St-Marin.com